Vœux 2023 : les Chambres insistent sur le besoin de renouveler et d’accompagner les agriculteurs
Politique et société
France

Vœux 2023 : les Chambres insistent sur le besoin de renouveler et d’accompagner les agriculteurs

À l’occasion des traditionnels vœux à la presse tenus le mercredi 11 janvier, Sébastien Windsor président de Chambres d’agriculture France a souligné le besoin accru de renouveler et d’accompagner tous les profils d’agriculteurs pour répondre au colossal enjeu démographique auquel fait face le secteur.

    « On est un établissement public. On veut accompagner tous les agriculteurs. […] On a besoin des jeunes et des moins jeunes. On n’a jamais connu un tel besoin de renouvellement et d’accompagnement. On voit des gens arriver avec des projets très divers, plus ou moins matures. L’accompagnement devient encore plus complexe », a déclaré Sébastien Windsor, président de Chambres d’agriculture France, le mercredi 11 janvier, lors des traditionnels vœux adressés à la presse.

    Affichant une vision pragmatique orientée « solutions concrètes », Sébastien Windsor a rappelé que le rôle des chambres était d’aider les futurs agriculteurs à construire leur projet et à « acquérir les compétences qu’ils n’ont pas », précisant au passage que « la grande majorité des installations nécessite au minimum plusieurs centaines de milliers d’euros d’investissement, peu importe la filière et le modèle ».

    « Il y a aussi beaucoup de choses à travailler sur le volet Transmission. Beaucoup d’exploitations seront à transmettre, et pour éviter qu’elles aillent toutes à l’agrandissement, on peut par exemple réfléchir à des retraites complémentaires pour les cédants qui auraient décidé de céder à un jeune », a ajouté Christophe Hillairet, secrétaire général de Chambres d’agriculture France. 

      Accompagner les transitions et booster la formation

      Parmi les autres priorités avancées par le président des chambres figure l’accompagnement des agriculteurs aux différentes transitions et notamment celles liées au changement climatique. « Nous avons réalisé 1 800 diagnostics carbone chez les agriculteurs et nous mettons en place un plan d’action auprès de 1 500 autres pour rendre leurs exploitations plus résilientes face aux aléas climatiques », a-t-il ainsi indiqué. L’objectif affiché est d’accompagner de 10 000 à 15 000 agriculteurs chaque année, et ce, dès 2023.

      La formation est la troisième grande priorité énoncée. « Face à la multiplication des nouvelles technologies, il faut accompagner les agriculteurs dans leurs systèmes d’exploitation. Cela oblige à les former, mais aussi à former les conseillers des chambres », a fait remarquer Sébastien Windsor.

      Ces quatre grandes thématiques (Installation, transmission, formation et transitions) composeront les piliers du futur Pacte et loi d’orientation et d’avenir agricole (PLOA).

      En vue de bâtir ce PLOA, une phase de concertation (nationale, régionale et diverses consultations grand public) débutera dès le 20 janvier avec pour objectif une rédaction du pacte courant juin 2023 et une présentation du projet de loi devant le Parlement d’ici à l’été.

        Le renouvellement des générations en quelques chiffres (source recensement agricole 2020) :
        • 43 % des agriculteurs ont plus de 55 ans
        • 25 % ont 60 ans ou plus
        • 20 % des agriculteurs ont moins de 40 %
        • L’âge moyen d’un agriculteur est de 51,4 ans, soit +11 ans comparé à la moyenne des actifs en France
        • Plus de 50 % des fermes sont gérées par un exploitant de +55 ans (34 % par la catégorie « moins de 40 ans », 36 % par la catégorie « 40 - 54 ans », 24 % par la catégorie « 55 - 60 ans » et 27 % par la catégorie « 61 ans ou plus »)