Mélanie Durieu et un petit golden retriever de 2 mois.
Sur le terrain
Rencontres

Une éleveuse canine lauréate du concours Graines d’agriculteurs

C’est en Seine-Maritime, dans le bocage normand, que Mélanie Durieu élève ses chiens avec passion et patience. Diplômée en médiation animale, elle apporte du réconfort à tout type de public grâce à ses chiens, des labradors et golden retrievers principalement.

Les chiots entourent Mélanie.

« Je me suis installée seule en 2017 avec l’élevage allaitant de mes grands-parents, et un élevage canin pour que l’activité soit viable » indique Mélanie Durieu, consciente que l’élevage bovin seul n’aurait pas suffi à en vivre. Passionnée de chiens depuis l’enfance, elle avait déjà expérimenté l’élevage canin à petite échelle en montant un mini-élevage de labradors sur l’exploitation de ses grands-parents. Confortée par une expérimentation réussie, elle a alors tenté de convaincre, non sans difficultés, les investisseurs, mais aussi la profession agricole, dont la chambre d’agriculture.

« Il faut être sûr de soi dès qu’on part sur un projet atypique, car personne ne le sera à notre place. »

« Tout le monde me disait que j’aurais du mal à vendre mes chiots », se rappelle-t-elle avec un sourire. Heureusement, ces prédictions pessimistes n’ont pas été avérées. Face à une demande très importante, Mélanie a même dû mettre en place une liste d’attente. De quoi répondre à ses anciens détracteurs ! Aujourd’hui, son élevage canin, situé à La Ferté-Saint-Samson, est agréé pour 100 chiens, principalement des labradors et golden retrievers.

Lauréate du concours Graines d’agriculteurs

Mélanie fait travailler sa chienne Roxane dans la carrière.

Lorsqu’elle a pris connaissance du thème de l’édition 2021 du concours Graines d’agriculteurs, « la solidarité et l’entraide », Mélanie s’est tout de suite retrouvée dedans. Et pour cause, ces deux notions font partie intégrante de son activité. Grâce à son diplôme de chargée de projet en médiation par l’animal obtenu en 2019, elle est habilitée à accueillir tout type de public sur la ferme, notamment des personnes présentant un handicap. « Le chargé de médiation animale a pour objectif de recréer du dialogue à travers l’animal », explique Mélanie.

Elle organise aussi des canirandos, une activité qui consiste à marcher en étant tiré par un chien, des anniversaires à la ferme ou encore des ateliers de prévention aux risques de morsure pour les enfants. Elle a également pour projet de devenir famille d’accueil relais « les week-ends ou pendant les vacances » pour des enfants placés en famille d’accueil. « Il faut déjà que j’aménage des chambres ! » projette l’éleveuse jamais à court d’idées. Par ailleurs, elle vend une trentaine de chiots par an à des associations comme Handi’chiens, qui les éduquent pour en faire des chiens d’assistance pour des personnes autistes, épileptiques, ou encore en fauteuil roulant…

Grâce à son dynamisme et à sa générosité, Mélanie a acquis une vraie notoriété et a réussi à fédérer autour delle une petite communauté qui communique à travers sa page FacebookPlus récemment, sa réputation a pris une autre dimension. Fraîchement lauréate du concours Graines d’agriculteurs, elle a notamment pu échanger avec le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, et le président de la République, Emmanuel Macron, lors de la remise des prix aux Terres de Jim le 10 septembre dernier.

Pour en savoir plus sur Mélanie Durieu et son élevage canin, rendez-vous à la rubrique "Portrait" du JA MAG n°777 !