L’agneau de Sisteron mis à l’honneur au SIA par les JA des Hautes-Alpes
Filières
Élevages

L’agneau de Sisteron mis à l’honneur au SIA par les JA des Hautes-Alpes

Mardi 1er mars, les Jeunes Agriculteurs des Hautes-Alpes ont donné rendez-vous à leurs consommateurs au Salon de l’agriculture pour une dégustation d’agneau de Sisteron.

Agneau de Sisteron à la plancha

En plus du Label Rouge associé à l’agneau de Sisteron depuis 1995, celui-ci est protégé depuis 2007 par une Indication géographique protégée (IGP) qui garantit l’origine de production de l’agneau, à savoir l’ensemble de la région PACA et la Drôme provençale.

« Pour répondre au cahier des charges du Label Rouge, l’agneau doit être âgé de 70 à 150 jours, être nourri par tétée au pis au minimum 60 jours, et être issu de brebis de races rustiques méditerranéennes conduites en élevage extensif pastoral », explique un JA. Par ailleurs, il ne peut être abattu qu’à l’abattoir de Sisteron. « C’est le seul label en France qui s’obtient en post-mortem », ajoute une représentante de l’agneau de Sisteron. Aussi, en 2021, sur 68 000 carcasses d’agneaux présentées, 51 000 ont été labellisées.

Situé à Saint-Laurent-du-Cros dans les Hautes-Alpes, Raphaël Eyraud fait partie des 218 producteurs d’agneau de Sisteron. Il possède 550 mères et loue la qualité de la viande. « C’est vraiment une qualité supérieure, le goût de l’agneau n’est pas trop fort », explique le JA. « Même la Reine d’Angleterre reconnaît l’agneau de Sisteron ! » complète un autre JA présent à ses côtés.

Agneau à la plancha

Cuisiné en direct à la plancha par Éric Rolland, chef de cuisine du restaurant Les Olivades à Gap, l’agneau a rencontré un franc succès auprès des visiteurs du Salon. « Je n’aime pas toujours l’agneau, mais je reconnais que celui-ci est vraiment très bon ! », souligne un passant après avoir dégusté l’agneau fondant accompagné de petits légumes grillés. Plus loin, un couple de cinquantenaires s’extasie : « On n’a pas toujours les mêmes goûts, mais sur l’agneau on est assez d’accord ! », s’exclament-ils d’une même voix. « Il a un très bon arrière-goût », poursuivent-ils. Le chef Éric Rolland vante quant à lui « l’élégance » de l’agneau de Sisteron, lui attribuant les trois qualificatifs suivants : « Saveur, délicatesse, fermeté ». Tout est dit !

Dégustation d'agneau de Sisteron au SIA
Dégustation d'agneau de Sisteron au SIA