Terres de Jim 2021
Sur le terrain
Reportages

Terres de Jim 2021 : les JA 04 à l’honneur

Après une édition 2020 reportée, les équipes d'organisation de JA Alpes-de-Haute-Provence ont redoublé d’efforts pour faire de ces septièmes Terres de Jim une réussite. Pari gagné avec près de 46 000 visiteurs.

« Je dois avouer qu’en trois jours, je n’ai pas eu le temps de voir grand-chose (rires) ! ». Impossible pour Margot Megis, présidente de JA Alpes-de-Haute-Provence, de cacher son engagement pendant ces trois journées de festivités. Tantôt à la billetterie, tantôt à porter les revendications JA auprès du président de la République Emmanuel Macron, l’agricultrice de 25 ans n’a pas compté son temps ni son énergie. « C’est l’aboutissement de longs mois de travail, le fait d’y être arrivé tous ensemble, ça laisse un profond sentiment de satisfaction », résume Margot.

Et pour cause, il y a un an tout juste, les Terres de Jim 2020 étaient mis au point mort, reportés à l’année suivante. « À ce moment-là, oui il y a eu des doutes et on a perdu des gens et de l’engouement. Ceux qui sont restés sont ceux qui étaient les plus motivés pour aller jusqu’au bout ». Et à David Ailhaud, président du comité d’organisation, de reprendre. « On peut leur donner une médaille ! Il y a une grande fierté des équipes de bénévoles ».

Rencontre avec Emmanuel Macron
Margot Megis s'adresse au président Macron, avec à sa droite David Ailhaud

Fierté et satisfaction

Si la fréquentation a été au rendez-vous malgré l’obligation du pass sanitaire, comme le rappelle Margot Megis, les Alpes-de-Haute-Provence restent « un petit département de seulement 160 000 habitants. On ne pouvait pas espérer 100 000 visiteurs. Avec le nombre de bénévoles qu’on avait, on peut être satisfait de nous. C’était une édition à notre image ».
Au-delà d’avoir mis un coup de projecteur sur l’événement, la venue du président de la République aura évidemment marqué les esprits de nos deux organisateurs. « Qu’on aime ou non le bord politique, ça reste la plus haute figure de l’État, avance David
Ailhaud. C’est un bon moyen de mettre en évidence les Terres de Jim, que ce soit cette édition en particulier, mais aussi les suivantes ».

Venue élyséenne, week-end sur un nuage

Pour Margot aussi, sa rencontre avec le président reste un moment à part. « Ce n’est pas quelque chose qu’on vit tous les jours, j’ai pu échanger avec le président et le ministre. Sur la gestion des risques par exemple, on a obtenu des réponses qu’on attendait depuis longtemps ». Outre la visite présidentielle, le week-end a aussi été marqué par le concours de tonte de mouton, le concours national de labour ou encore l’animation musicale du samedi soir assurée par les deux DJ Sacha et Dorian, tous deux membres du comité d’organisation. « Ça a été un moment fort puisqu’ils ont pu vivre leurs deux passions pour l’agriculture et la musique au même moment, au même endroit », commente Margot.

Après trois jours d’une folle intensité, l’heure du repos, mais aussi des premiers retours était grandement attendue. « Pour l’instant, tous les retours qu’on a eus ont été positifs, y compris dans le contexte de crise sanitaire, de la part des autorités », se félicite David Ailhaud.