Risque majeur pour la filière
Filières
Élevages

Porc : une crise historique

La filière porcine connait une crise jamais vécue jusqu’alors, entre cours bas et coût alimentaire très élevé. Egalim et la contractualisation peuvent-ils changer la donne ?

La tourmente subie par la filière porcine française – près de 10 000 éleveurs  n’est pas qu’une énième crise à laquelle la filière est habituée. L’effet ciseau entre un cours bas et un coût alimentaire élevé est si violent que « nous nous trouvons dans un scénario plus sévère que toutes les crises passées », observe Georges Douguet (spécialiste en production porcine à Cerfrance Côtes d’Armor). Selon lui, les conséquences de la crise pourraient entraîner un recul de la production.

Deux scénarios possibles en Bretagne

Pour la Bretagne, qui concentre près de 56 % de la production nationale, ce spécialiste de l’économie porcine a établi deux scénarios. Le premier, calculé sur les paramètres en cours (1,25 euro de prix de base, 330 euros la tonne d’aliment), entraînerait 400 euros de pertes par truie entre septembre 2021 et mai 2022. Un élevage naisseur-engraisseur en Bretagne compte 250 truies en moyenne.

« La perte pourrait atteindre 650 euros pour les éleveurs les plus fragiles (15 à 20 % des 3 000 naisseurs-engraisseurs bretons) », poursuit l’économiste. Mais si la crise venait à perdurer voire à s’aggraver – pas de reprise de la demande et coût alimentaire toujours élevé, surtout depuis l’entrée en guerre de la Russie en Ukraine –, la perte moyenne par truie pourrait se situer au bout d’un an (septembre 2022) à 600 euros et à 870 euros pour les plus fragiles.

Plan de sauvetage

À ce niveau de pertes, « au moins 30 % des éleveurs risquent de disparaître d’ici 2023 », reconnaissait le ministère de l’Agriculture, le 31 janvier dernier, si ce n’est pas plus. Dans le plan de sauvetage annoncé dans la foulée, trois enveloppes ont été ouvertes : 75 millions d’euros disponibles dès février (15 000 euros par élevage) pour les éleveurs propriétaires d’animaux ; 175 millions conditionnés à l’engagement de l’éleveur dans un contrat Egalim 2 ; 20 millions en guise de prise en charge des cotisations MSA. En parallèle, le gouvernement incite fortement les acteurs de la filière à signer les contrats prévus par Egalim 2.

Depuis, la colère n’est pas retombée dans les campagnes. Des actions ont été menées contre des enseignes de la grande distribution. Les salaisonniers ont été rencontrés les uns après les autres pour s’assurer qu’ils avaient bien l’intention de renforcer leurs achats de viande de porc française. Le plan est considéré comme « une bonne chose parce que c’est une aide directe », selon Jérémy Labbé, éleveur de porcs et président des JA des Côtes d’Armor. Mais il reste à obtenir des garanties sur « la prise en compte du coût de production réel », poursuit le JA breton. Lorsque la crise sera passée, tout ne sera pas fini. Il faudra bien rembourser le déficit qui s’accumule maintenant. Et là, « ce sont les marges de manœuvre pour les investissements futurs (modernisation de bâtiments vieillissants, adaptation à de nouvelles normes, équipements type bien-être animal, NDLR) qui risquent de manquer », reprend Georges Douguet.