Prévenir le risque de Covid-19 chez les travailleurs saisonniers
Politique et société
France

Prévenir le risque de Covid-19 chez les travailleurs saisonniers

Pour que l’accueil des travailleurs saisonniers se déroule dans de bonnes conditions malgré la pandémie, la MSA propose des ressources en ligne et accompagne financièrement la mise en place de mesures barrières sur les exploitations agricoles via le dispositif APCovid.

Depuis le début de la crise du Covid-19, la MSA met un point d’honneur à prévenir le risque de contracter le virus, notamment chez les travailleurs saisonniers, une population particulièrement vulnérable. « Les difficultés sont surtout liées au transport et à l’hébergement des saisonniers », explique Daniel Lavallée, responsable de la prévention des risques professionnels de la MSA Grand Sud. Si certains foyers de contamination n’ont pu être évités au printemps dernier, lors de la première vague de la pandémie, notamment en raison de l’arrivée de travailleurs saisonniers étrangers porteurs du virus, des leçons ont été tirées depuis et la situation s’est nettement stabilisée.

Mobilisée dès le mois de mars 2020, la MSA, et plus particulièrement son réseau Santé et sécurité au travail (SST), a produit de nombreuses ressources « pour accompagner les entreprises dans la poursuite de leurs activités en phase Covid », indique Magalie Cayon, responsable du département prévention des risques professionnels de la Caisse Centrale de la MSA. Fiches pratiques, vidéos, guides et modules interactifs sont disponibles sur le site ssa.msa.fr (rubrique Risques > Risques coronavirus).

Le dispositif « Aide Prévention Covid »

Le dispositif « Aide Prévention Covid » de la MSA est toujours en cours, et ce jusqu’au 30 novembre 2021. « En 2020, 1 300 entreprises ont bénéficié de ce dispositif exceptionnel destiné à soutenir les professionnels affiliés à la MSA les plus en difficulté et qui ont investi dans la mise en place de mesures barrières collectives liées à la pandémie de Covid-19 » souligne Magalie Cayon.

Pour rappel, le dispositif APCovid finance les investissements dans leur intégralité, à condition de ne pas dépasser un plafond de 1 000 euros. Cette mesure a notamment permis de subventionner l’achat de matériel supplémentaire dans certaines exploitations pour que chaque saisonnier dispose de ses propres outils, évitant ainsi les échanges, « mais aussi de financer la mise en place d’affichages, d’écrans de protection, de distributeurs de gel hydroalcoolique, la location de vestiaires, l’achat de masques… » complète Magalie Cayon. Il n’existe pas de liste préétablie, et le chef d’entreprise est libre de choisir le type de mesures barrières qu’il souhaite mettre en place en fonction de ses besoins. « Par exemple, on a travaillé avec une exploitation qui fait de la castration de maïs et qui loue chaque année un minibus de neuf places pour déplacer les saisonniers, indique Daniel Lavallée. Cette année, au lieu d’un minibus, c’est trois minibus qui ont été loués, avec un protocole strict de nettoyage, et des tenues spécifiques à porter dans chaque minibus afin que ce soit toujours les mêmes personnes qui montent dans le même minibus ». Le Covid-19 oblige à s’adapter en faisant preuve d’imagination !  

Afin de lutter contre la propagation du Covid-19, la MSA rappelle qu’il est important d’anticiper et, surtout, de ne pas hésiter à revoir l’organisation du travail et les conditions d’accueil des travailleurs saisonniers. Le chef d’entreprise doit aussi veiller à la bonne assimilation des consignes par les travailleurs, surtout par les saisonniers étrangers dont la compréhension peut être entravée par la barrière de la langue.