Moisson 2021 : des estimations de production de blé en forte hausse
Économie
Marchés

Moisson 2021 : des estimations de production en hausse

Réuni le 12 juillet dernier, le Conseil spécialisé "Grandes cultures" de FranceAgriMer anticipe une bonne moisson française 2021, meilleure que les années précédentes. La production de céréales à paille et de protéagineux observerait en particulier un net regain en raison d'une hausse des surfaces et des rendements. Les conditions climatiques des prochaines semaines confirmeront ou non cette projection. 

Alors que les moissons ont débuté depuis quelques jours partout en France, le conseil spécialisé « Grandes cultures » de FranceAgriMer se réunissait la semaine dernière : Benoît Piètrement, président du conseil et Marc Zribi, chef de l’unité Grains et sucre, ont commenté la moisson 2021 en cours. Au premier dévoquer « une bonne récolte » à venir.

S’appuyant sur les données du ministère de l’Agriculture, FranceAgriMer a ainsi fourni les premières estimations du marché français du blé tendre, de l’orge et du blé dur pour la campagne de commercialisation de 2021-2022, avec en premier lieu, une projection de hausse importante de la production de blé tendre à 37,1 millions de tonnes, soit une augmentation de 27,1 % par rapport à 2019. Un chiffre également en hausse de 11,2 % par rapport à la moyenne 2015-2019.
Cette forte croissance s’explique principalement par une hausse de 16 % des surfaces par rapport à la saison précédente (2019/20), impactée par des pluies diluviennes. Par ailleurs, les 
rendements sont également attendus en forte progression.

Côté orge aussi, la production est à la hausse, mais de manière moins significative, + 8,4 %, avec une estimation située à 11,3 Mt, et ce malgré une hausse des rendements, y compris pour lorge de printemps à 62,2 q/ ha (contre 49,1 q/ha).
Enfin, pour le blé dur, les estimations d’Agreste prévoient un niveau de production en hausse, à 1,62 Mt (+ 24 %), avec 56,3 q/ha (contre 51,9 q/ha), mais qui reste inférieur de 4,5 % par rapport à la moyenne quin­quennale.
Également en hausse à 288 000 ha (+ 14,4 % par rapport à 2020), les surfaces restent elles aussi nettement en deçà des 322 000 ha de moyenne sur la période 2016-2020.

Le fret, élément déterminant de la prochaine campagne export

Concernant le bilan export 2021-2022, FranceAgriMer prévoit un chiffrage à 850 000 t de blé dur à destination des autres pays de l'UE, soit + 220 000 t par rapport à la campagne 2020-2021. Le Conseil estime un export à 250 000 t de blé dur vers les pays tiers (soit + 66 000 t comparé à 2019). Cela s’explique par l’augmentation de la production, mais aussi grâce à « un fret français moins cher », confie Marc Zribi.

« Ce qui s'invite dans cette campagne et que nous n'avions que dans une mesure assez marginale au cours des campagnes précédentes, c'est le coût du fret », abonde Marc Zribi. Le coût du fret devrait mécaniquement accroitre la compétitivité des céréales françaises sur les marchés export de proximité, comme l’analyse M. Zribi. « Il devrait être beaucoup plus pénalisant sur les destinations lointaines, mais pourrait être en revanche favorable à nos exportations sur les marchés traditionnels de proximité, à savoir l'Union européenne et le bassin méditerranéen ».
Enfin, pour ce qui est du blé tendre,
FranceAgriMer situe le niveau des exportations à 7,3 Mt vers l'UE (+ 1,3 Mt par rapport à l'année dernière) et 10,5 Mt vers les pays tiers (+ 3 Mt), avec l'Algérie comme principale destination.