Les chambres d’agriculture ont du pain sur la planche en 2021
Politique et société
France

Les chambres d’agriculture ont du pain sur la planche en 2021

En ce début d’année 2021, les chambres d’agriculture n’ont pas dérogé à la traditionnelle présentation des vœux, qui a eu lieu mercredi 6 janvier. L’occasion pour elles de revenir sur une année 2020 houleuse et de se projeter dans une année 2021 espérée plus faste.

Après avoir salué la toute nouvelle prise de fonction d’Isabelle Chmitelin à la tête de la direction générale de l’APCA, Sébastien Windsor, président des Chambres d’agriculture, est entré dans le vif du sujet en revenant sur les actions menées en 2020, notamment pendant la première période de confinement. Mise en place de numéros verts, démarches pour rouvrir les marchés, déclarations Pac à distance, relocalisation des filières… les chambres n’ont pas chômé !

Accompagner les agriculteurs dans le cadre du plan de relance

Après avoir travaillé de concert avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour élaborer le contenu du plan de relance, les chambres d’agriculture ont désormais pour principale mission d’aider les agriculteurs à se saisir de celui-ci. « Nous devons être présents dans chaque cour de ferme pour aider les agriculteurs à s’emparer de ce plan de relance », a souligné à plusieurs reprises Sébastien Windsor lors de la conférence de presse.  

Concrètement, cette mission s’articulera en deux temps. Tout d’abord, une première phase d’information. Christophe Hillairet, secrétaire général des chambres d’agriculture, a notamment mentionné la réalisation d’un guide synthétique, encore en cours de rédaction, à destination des agriculteurs. « Nous allons également faire appel aux services civiques pour animer des réunions d’information auprès des exploitants » a-t-il ajouté. Après cette phase d’information viendra la phase d’accompagnement. Pour cela, les chambres d’agriculture sortent l’artillerie lourde. « Ce sont entre 500 et 600 collaborateurs qui seront formés sur l’ensemble du territoire pour couvrir chaque ligne du plan de relance » a déclaré Sébastien Windsor. Il a rappelé la place centrale que tiendront les chambres dans certaines mesures du plan de relance telles que le plan protéine ou encore le programme « Plantons des haies ! ».

Phytos : séparation du conseil et de la vente

Ce début d’année 2021 marque aussi l’entrée en application des mesures concernant la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires. Les chambres d’agriculture se voient ainsi attribuer un nouveau rôle, celui de conseiller et d’accompagner les agriculteurs dans la réduction de leurs produits phytosanitaires. « Nous devons absolument trouver des financements, peut-être via Écophyto, autrement cela coutera cher aux agriculteurs » a déclaré Sébastien Windsor, qui redoute que le coût de ce conseil stratégique en rebute la plupart. « Le risque est qu’ils attendent la dernière minute pour se lancer, c’est-à-dire le moment où ce conseil stratégique sera rendu obligatoire – probablement d’ici fin 2022-début 2023 », a indiqué le président des chambres d’agriculture.

2021, une année sous le signe de la Pac

Enfin, la Pac sera dans tous les esprits en 2021. Les chambres d’agriculture, quant à elles, concentreront leurs réflexions autour des déclinaisons régionales du second pilier de la Pac. Elles travaillent actuellement à l’écriture d’une mesure de transition, qui viendrait s’ajouter aux MAE du second pilier de la Pac pour en combler les lacunes. Contrairement aux MAE, cette mesure de transition se veut plus souple, non seulement tournée vers la transition environnementale, mais aussi vers la transition sociale. Elle permettrait d’accompagner les agriculteurs dans leur phase de transformation, qui constitue « une vraie prise de risque » comme l’a rappelé Sébastien Windsor, surtout pour ceux dont « les comptes sont déjà à zéro ».