Congrès JA : cap sur les consommateurs et le « manger local » 
Politique et société
France

Congrès JA : cap sur les consommateurs et le « manger local » 

Le congrès du syndicat Jeunes Agriculteurs se tiendra les 30, 31 mai et 1er juin dans la ville du Havre en Seine-Maritime. Après deux années d’organisation perturbée en raison de la pandémie sanitaire, les JA partagent leur hâte de se retrouver dans « des conditions normales ». Cette année, le rapport d’orientation est dédié aux attentes des consommateurs avec, comme principal levier de rapprochement identifié, le « manger local ».

« Le congrès est un moment important pour notre réseau, car il nous permet de nous retrouver, surtout après ces deux années particulièrement compliquées », a déclaré Samuel Vandaele, président des JA lors de la conférence de presse de « précongrès », tenue le vendredi 13 mai. Les JA organisateurs sont comblés. « Nous sommes très heureux d’avoir été choisis. Cela va nous permettre de redynamiser notre réseau au sein du département et de valoriser les cultures de notre territoire telles que le lin textile, majoritairement produit en Normandie », a détaillé Mathieu Sortambosc, président du comité organisateur. « Ravis d’accueillir les JA de toute la France ! », a renchéri de son côté Pierre-Olivier Etancelin, président JA de la Seine-Maritime, listant les nombreux atouts agricoles de la région : « Près de 62 % de notre territoire est cultivé. On dénombre 6 400 exploitations dont 40 % environ sont orientées en production laitière soit 600 millions de litres produits chaque année. Nous avons également le diamant bleu, le lin, mais aussi des productions à destination de l’industrie telles que les pommes de terre ou les betteraves. Nous produisons aussi du cidre, du calvados, des cultures fourragères […] Le Havre est le 1er port exportateur de céréales en France ».

Les repas servis durant l’événement seront composés de produits « 100 % locaux », une volonté affichée du département organisateur de s’aligner sur le rapport d’orientation qui fait la part belle au « manger local ».

Travail et retrouvailles au programme

« Le congrès sera l’occasion de dresser un bilan de l’année écoulée en revenant sur les moments forts de notre réseau. Les Toqués de l’agriculture organisés en avril ont réuni près de 30 000 visiteurs. Il témoigne de la volonté des jeunes agriculteurs d’aller à la rencontre des consommateurs en communiquant positivement. Cela a été une réussite. Il a également permis de renforcer les liens entre nous. Les Terres de Jim déroulées à Manosque avec la venue du président de la République et ses annonces sur la gestion des risques figurent parmi les autres temps forts », a développé Samuel Vandaele, citant par la suite, la loi Egalim 2, « il est important de continuer de mettre la pression, d’aller au bout de cette loi », le foncier, « les choses ne sont pas assez allées au bout, notamment sur les sujets du photovoltaïque au sol ou de l’artificialisation. Un enjeu fort pour la prochaine mandature JA », la Pac, « il y a eu beaucoup de rebondissements, mais nous avons réussi à augmenter le budget Installation et obtenir un cadre clair concernant la dotation Jeunes Agriculteurs », la communication sur la promotion des métiers, « il y a une grosse attente des JA sur ce volet. L’enjeu démographique est énorme avec 46 % des agriculteurs en âge de prendre leur retraite d’ici 2027. Promouvoir le métier auprès des jeunes et aussi des moins jeunes reste crucial ».

Un congrès électif

L’événement du syndicat jeune aura une saveur toute particulière cette année puisqu’il sera électif. À chaque échelon : cantonal, départemental, régional et national, les mandatures sont renouvelées, et ce, chaque deux ans. « C’est court, mais c’est aussi une opportunité. Cela permet à notre syndicat d’être en perpétuel mouvement, de rafraichir ses idées en permanence », a expliqué Samuel Vandaele. Ce dernier en a profité pour rappeler qu’il ne briguera pas un nouveau mandat. « Cela fait huit ans que je suis au national. J’ai été en département, en région. Cela fait trois ans que je suis président. Il est temps de passer la main, cela va permettre de renouveler les idées », a-t-il poursuivi.

Concernant celui ou celle qui le remplacera, il a simplement précisé qu’« une personne avait exprimé son souhait de prendre la présidence. […] Le nouveau Conseil d’administration se réunira dans la nuit du mardi au mercredi [30 mai et 1er juin, ndlr] pour l’élire ».

Dans son allocution, Samuel Vandaele a souhaité projeter les défis à venir citant les volets gestion des risques, des États généraux de l'alimentation et de la loi d'avenir agricole. Il a également souligné les travaux engagés par JA sur le sujet de la transmission.

Les attentes des consommateurs : sujet du rapport d’orientation 2022

« Nous avons choisi ce sujet, car il est vraiment d’actualité. Il y a aujourd’hui un vrai paradoxe. Le consommateur est de plus sensibilisé aux questions liées à l’alimentation et en même temps, le contexte global présente une augmentation de la démographie mondiale, une hausse de la pauvreté, de réelles difficultés économiques », a partagé Justine Fusi, éleveuse en Haute-Savoie, membre du Bureau à JA national et corapporteure du texte. Afin de cerner au mieux les enjeux du sujet, les auteurs du rapport ont auditionné de nombreux experts (associations de consommateurs, acteurs de la grande distribution, économistes, politiciens, associations animalistes). 94 amendements seront soumis au débat lors de la présentation du texte.

« Ce type d’exercice que représente la constitution du rapport d’orientation et les débats qui en découlent font partie de notre ADN. JA est une école qui forme les responsables de demain, qui fait monter en compétence. En plus de porter le RGA, JA a aussi ce rôle de renouvellement des responsables dans les organisations “para agricoles“ », a tenu à rappeler le président Samuel Vandaele.