Deux jeunes agriculteurs regardent la terre dans un champ, avec un tracteur en fond.
Politique et société
France

100 000 Français prêts à se rendre aux champs

Face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le secteur agricole, les Français sont appelés à aider les exploitants de proximité. Plus de 100 000 volontaires se sont déjà manifestés.

Les temps sont durs pour les agriculteurs. Si certains n’ont plus de débouchés pour leurs productions en raison de la fermeture des restaurants, d’autres, au contraire, risquent d’être débordés. Avec la fermeture des frontières, impossible pour les saisonniers espagnols, polonais ou marocains, qui chaque année participent aux récoltes, de rejoindre les champs français.

Un service de mise en relation

C’est pour combler ce manque de main d’oeuvre que la start-up WiziFarm vient de lancer avec plusieurs partenaires la campagne « des bras pour ton assiette ». L’objectif : solliciter les Français en chômage partiel, les commerçants temporairement fermés ou les étudiants dont les cours sont suspendus, afin qu’ils rejoignent les exploitations et aident les agriculteurs en cette période de récolte maraîchère. En tout, ce sont 200 000 postes qui sont vacants, dont 80 000 en avril et autant en mai.

La plateforme de mise en relation entre agriculteurs et citoyens créée par WiziFarm existe depuis 2018. L'algorithme enregistre les besoins de l’agriculteur, les compétences des volontaires, et les met en contact. L’Anefa et Pôle emploi ont rejoint le projet. « On est en train de mettre en commun les compétences de chacun, explique Carole Meilleur, responsable de la communication de WiziFarm. On va conjuguer nos efforts et mettre en place un relai humain pour accélérer les choses et faciliter les mises en relation ». 

Une inscription en quelques clics

Mais dans les faits, comment cela se passe pour un agriculteur qui a besoin de recruter des saisonniers ? En quelques clics, sur le site https://desbraspourtonassiette.wizi.farm/, on peut indiquer ses préférences (agriculture raisonnée, biologique, de précision, …), le travail du sol (semi direct, labour, fertilisation…), le type d’élevage, le matériel et les technologies utilisés. Il suffit alors de créer une mission et de sélectionner les compétences recherchées par l’agriculteur pour que la plateforme propose des travailleurs adéquats. Une fois son saisonnier trouvé, l’agriculteur peut se rapprocher de son syndicat ou de son comptable pour créer le contrat de travail.

Une mobilisation très réussie

Lors de son intervention sur BFM TV, le mardi 24 mars, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume avait appelé les Français à rejoindre « la grande armée de l’agriculture ». Un appel qui a eu un écho auprès des citoyens français, qui ont été très nombreux à s’inscrire pour proposer leurs services. Le 26 mars à midi, ils étaient 101 000 inscrits, presque exclusivement des travailleurs en recherche de mission, et quelques milliers d’agriculteurs proposant des missions. « On a une avalanche de demandes de nos concitoyens, et nous ne voulons pas les décevoir, indique Carole Meilleur. Il faut désormais que les agriculteurs se fassent connaître pour que l’on identifie leurs besoins de main d’oeuvre. »